Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 00:08

Destination incontournable pour des milliers de touristes. Lac turquoise nichée dans une vallée glaciaire. Vue imprenable depuis l’hôtel Fairmont.

Autant vous dire que ce n’est pas ma tasse de thé alors je m’en suis éloigné. J’ai randonné jusqu’au bout de la vallée. Paysage agréable mais le plus impressionnant, c’était d’entendre le bruit de la neige et des avalanches.

Enfin, une bonne grimpette quand même : 7,6 km aller, quelques animaux mais pas de grizzli, ce qui tombe bien car à 6 h 45, on était pas nombreux à randonner.

d

d (4)

d (3)

d (6)

Un spermophile à mante dorée

d--10-.JPG

d (8)

Une marmotte des Rocheuses

d (2)

d (5)

d--9-.JPG

d (11)

Une chèvre des montagnes Rocheuses

d (7)

Repost 0
Published by typ.taupe - dans juin 2010
commenter cet article
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 00:04

Un incontournable du Parc National de Banff. Ce tout petit village sans charme particulier, excepté l’environnement, est surtout célèbre car il permet l’accès en bus au lac Louise et au lac Moraine.

Le village ne présente pas d’intérêt si ce n’est d’avoir un centre d’information. En été, pour accéder aux sentiers dans ce secteur du parc, il faut obligatoirement être quatre au départ d’une randonnée. Ceci pour limiter au maximum les dérangements pour la faune, et parce que c’est  un secteur ou il y a beaucoup de grizzlis.

b (4)

Je demande donc comment procéder car je suis en solo et on me répond quand ce moment, ce n’est pas obligatoire, juste l’été et que le problème du moment, ce ne sont pas les grizzlis mais  la neige qui rend beaucoup de sentiers impraticables ainsi que les risques d’avalanches.

On m’indique quand même quelques randonnées (4-6 h) et je repars serein.

Avant de m’élancer, je me fais assassiner à la superette du village. 1 tomate, 4 bananes : 5.38 $ !!!

La randonnée que je veux faire en cette après-midi a le Lac Moraine comme point de départ.

Ça grouille de touristes, vivement que le terrain s’élève. Alors que je suis à l’intersection pour prendre le sentier de randonnée,

Oh, Oh, un gros nounours !!!

b

(Je vous renvoie à l’article sur les ours pour voir la taille des griffes du nounours).

Bon, un grizzli d’accord !

Mais 10 mètres derrière, un p’ti nounours !!!

b (2)

Alors moi, je vous le dis. Celui qui inventé l’expression « il ne faut jamais remettre au lendemain ce qu’on peut faire le jour même », il n’est jamais venu randonner dans les Rocheuses !!!

 

Alors pas de point de vue en altitude du Lac Moraine. (Moraine est un mot emprunté à la langue française et à son vocabulaire géomorphologique, il s’agit des dépôts laissés par le glacier lors de son recul).

J’ai néanmoins été jusqu’au bout du lac. A cette époque de l’année, il n’est pas encore rempli puisqu’il y a encore beaucoup de neige en altitude.

b (3)

b (5)

b (6)

 

 

Repost 0
Published by typ.taupe - dans juin 2010
commenter cet article
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 00:03

Je me suis lancé sur la route qui relie Banff au village de Lake Louise.

a (12)

Et comme point de repère, je n’ai que le petit dépliant fourni à l’achat de mon pass.

a

C'est depuis la route qu'on observe souvent le plus d'animaux : ici, les mouflons d'Amérique.

12-juin-228.JPG

Petite randonnée rapide, 2.7 km aller, pour voir un canyon, le canyon Johnston.

Quand je me suis engagé sur le parking, j’ai failli faire demi-tour. Parking quasiment plein, bus de touristes. J’ai pris sur moi et me voilà lancer au milieu de tout ce monde qui me bloque  le passage. Je n’ose même pas imaginé ce que cela donne en pleine saison touristique.

a--2-.JPG

Je fais quelques photos du canyon qui n’est pas extraordinaire.

a (3)

a (4)

a (5)

J’ai au moins retenu quelques éléments importants pour la suite du programme.

A l’image d’une étape de montagne pendant le Tour de France, si on ne veut pas voyager en peloton, il faut que la distance s’allonge et que le terrain s’élève. Voilà, les critères pour les prochaines randonnées.

Donc quand je vois un panneau qui m’indique le sentier du castle belvedere, je me dis que là, il va y avoir nettement moins de monde.

a (6)

Et pardi, 3.8 km aller, une vraie bonne grimpette. Bon, le problème, les deux premiers kilomètres sont en forêt. Je viens juste de voir passer un ours noir et je suis tout seul. J’avoue que j’aime moyen même si on m’a dit qu’en randonnée, peu de chances de voir des ours. Mais il y a 4 voitures sur le parking alors c’est parti.

a (7)

a (8)

a (11)

a (9)

a (10)


 

Repost 0
Published by typ.taupe - dans juin 2010
commenter cet article
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 00:01

La petite ville de Banff est située dans les Rocheuses, à l’entrée du parc national qui porte son nom. La création de ce parc est intimement liée à la construction de la voie ferrée qui parcoure le Canada d’Est en Ouest : le Canadian Pacific.

La voie ferrée qui arrive à Banff dans les années 1880 et qui permet d’accéder à ces paysages ainsi qu’aux sources d’eau chaude – qu’on retrouve en différents endroits des Rocheuses-,  va être à l’origine de la création de la ville et du parc.

L’idée, c’est bien évidemment de sauvegarder ce joyau naturel mais surtout de l’exploiter touristiquement en faisant venir, via le train, une riche clientèle.

11 juin 119

Banff a donc été crée pour le tourisme et quand on arrive en ville, on ne voit que ça. Choc un peu violent après les no man’s land de ces derniers jours mais l’ambiance est assez bonne enfant et festive. Les tarifs pratiqués sont ceux d’une station touristique mais j’ai trouvé que les multiples boutiques de souvenirs assez raisonnable quand aux prix pratiqués.

11 juin 119

11 juin 127

Vous l’avez devinez, je ne suis pas venu ici pour le village mais pour voir le par cet essayer d’apercevoir la faune et de profiter des paysages.

Côté randonnée, j’ai évité tous les sentiers à proximité du village et c’est vrai que je me suis retrouvé avec un nombre important de sentiers impraticables à cause de la présence de grizzlis et surtout de la neige et des risques d’avalanches.

Donc, si j’en ai bien profité, je n’ai eu qu’un petit aperçu depuis la route et grâce à quelques randonnées mais les conditions et le manque de temps ne m’ont pas permis d’accéder à des secteurs sûrement plus beau et de monter plus en altitude (mais je n’ai pas encore quitté le Canada et je repars vers l’Est après avoir vu le Pacifique).

11 juin 109

12 juin 155

12 juin 185

Repost 0
Published by typ.taupe - dans juin 2010
commenter cet article
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 00:05

Dans la série des clichés, il y a le français avec son béret, sa baguette de pain et le nez de la couleur de la bouteille qu’il a sous le bras. Sauf que ce cliché n’existe quasiment plus en France. Par contre, en Alberta, le cow-boy existe bel et bien. Et en ce moment, tous les week-ends, vous pouvez parcourir les rodéos…

13-juin-265.JPG

7 juin 013

7-juin-056.JPG

Alors, il a souvent troqué son cheval (mais pas toujours, j’en ai vu) contre un pick-up mais le cache-poussière est encore d’actualité.

13 juin 269

9-juin-043.JPG

La plupart des hommes dans les villages portent le stetson et le bétail est encore marqué au fer, même si il porte une marque à l’oreille (comme en Europe).

7-juin-045.JPG

Alors, des ranchs et des pâturages à perte de vue dans le sud de l’Alberta et des villages qui prennent des allures de western.

8-juin-266.JPG

7-juin-135.JPG

7-juin-019.JPG

8-juin-351.JPG

9-juin-089.JPG

J’ai également croisé de nombreuses femmes habillées simplement avec un fichu sur la tête. J’ai d’abord pensé aux Quakers mais il semble qu’il s’agisse plutôt des mormons.

Cette partie du voyage n’est pas vraiment dans les guides touristiques car en apparence, cela peut apparaître monotone mais je l’ai trouvé vraiment plaisante.

7-juin-031.JPG  

Le plus difficile est de trouver des bâtiments qui ressemblent à ceux de l’époque des pionniers. C’est à la fois relativement proche d’un point de vue historique (100-150 ans) mais ici, le bâti ne s’inscrit pas dans le paysage et dans la construction des territoires comme c’est le cas, un peu, dans l’Est du Canada et beaucoup en Europe.

9-juin-044.JPG

Il n’y a que dans la proximité de Calgary qu’on peut observer des granges neuves construites sur le modèle des anciennes. Ailleurs, les bâtiments prennent la même allure que les grandes fermes modernes.

Donc, il y a les deux trois ranchs ou ville musée pour les touristes mais sinon, il faut vraiment parcourir le pays pour trouver des vieilles bâtisses, de vieux corrals. La seule chose qu’il y a quasiment toujours autour des ranchs, délabrés ou modernes, se sont les vieilles carcasses de voitures ou de machineries agricoles. Il ne manque qu’un cow-boy avec son harmonica !

8-juin-315.JPG

9-juin-157.JPG

Repost 0
Published by typ.taupe - dans juin 2010
commenter cet article
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 00:04

Áísínai'pi signifie dans la langue des Pieds-Noir « c’est écrit ». Si je suis venu ici alors que c’est hors des sentiers touristiques c’est que les cheminées de fée me motivaient mais surtout parce que le parc provincial de Writing-on-Stone présente l'une des plus importantes collections d'art rupestre en Amérique du Nord.

Sur le sentier que j’ai fait en solo, il y avait quelques gravures mais la majeure partie des œuvres sont dans un site protégé accessible qu’avec un gardien.

J’ai donc fait la visite, l’après-midi avec quelques touristes américains – la caricature du touriste américain, trop gros pour monter les quelques dénivelés - et Bonnie, une guide exceptionnelle, qui bien qu’elle ne soit pas de la nation des Pieds-Noir, est considérée comme tel par la communauté et à, pendant 2 heures et demi, transmis une mine d’informations et d’émotions.

Le matin, le centre était fermé pour cause de formation par des représentants de la communauté.

Le site a la particularité d’être ouvert et de présenter des œuvres datant de plusieurs millénaires comme des plus récentes et des graffitis des personnes passées jusque dans les années 1960.

Il faut donc être en capacité de distinguer les œuvres ayant 200 ans et celles qui ont 2000 ans.

8 juin 161

Par exemple, la présence d’un cheval fait dire qu’il s’agit d’une œuvre plus récente. Là, il y a des bois donc il s'agit de l'antilope américaine.

8 juin 200

Autres exemples, les tepees de la nation des Pieds-Noirs sont représentés avec 4 morceaux croisés. A un moment, on observe un tepee avec seulement 3 morceaux. Il s’agit d’une représentation des tepees des Cris mais nous sommes sur le territoire de la nation des Pieds-Noirs. Les Cris sont-ils venus ici ou est-ce un membre de la nation qui a dessiné une capture  - les Pieds-Noirs étaient des guerriers - ?

8 juin 177

8 juin 196

A la question de savoir pourquoi il y a ces œuvres dans ce secteur, on peut donner plusieurs explications liées à l’emplacement des tribus mais l’une des plus communément admise est que c’est tout simplement la beauté du site – dans la perspective de la spiritualité amérindienne et du rapport à la nature -  qui a attiré pendant des millénaires les amérindiens sur ce site.


Repost 0
Published by typ.taupe - dans juin 2010
commenter cet article
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 00:02

Rattlesnake, voilà le nouveau mot de vocabulaire que j’ai appris en arrivant au parc.

Des heures dans les prairies et puis un mont qui sort des nuages.

8 juin 233

Et à proximité du parc, des panneaux routiers qui indiquent de faire attention aux « rattlesnake » et de ne pas les écraser, espèces protégées.

Alors snake, c’est serpent et rattlesnake, j’ai une vague idée.

8 juin 217

Non, ce n’est pas celui-là. Ça, c’est un serpent-taureau alias bull-snake en anglais.

J’en ai presque oublié que je viens ici pour les Hoodoo. Les Hoodoo Rocks en anglais, ou cheminées de fée. Il s’agit de roches sculptées dans les différentes strates de grès par l’érosion éolienne, pluviale et hydrique et par divers processus d'altération physique et chimique qui leur donnent des formes différentes.

Quand on surplombe la rivière Milk, le paysage est stupéfiant.

8 juin 037

Vous ne les voyez pas tant que vous n’êtes pas juste au-dessus, et en arrière-plan, les collines SweetGrass (Montana E.U).

Ici, la faune et la flore s’adapte aux conditions extrêmes car les températures varient de plus à moins 40° C.

8 juin 140

Quand je suis arrivé le site d’interprétation était fermé alors je me suis lancé sur un des sentiers et j’ai vu un panneau avec une photo d’un rattlesnake. Alors on reste sur le sentier, et si par hasard, il y en a un. On recule doucement et on arrête la visite !!!

Vous l’avez devinez je suppose, rattlesnake, en français, ça se dit serpent à sonnettes ou crotale. Mortel !!!

8 juin 044

8 juin 056

8 juin 090

8 juin 091

8 juin 108

8 juin 134

8 juin 174

8 juin 143

8 juin 211

8 juin 183

 

Ce lieu qui inspire beaucoup de sérénité est pour les amérindiens de la nation des pieds-noirs un site spirituel majeur.  

Repost 0
Published by typ.taupe - dans juin 2010
commenter cet article
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 18:30

J’aimerai bien vous faire partager l’histoire et la culture des amérindiens des plaines car c’est la région où leur présence s’inscrit le plus dans le paysage mais mon ignorance et le peu de temps dont je dispose pour mettre en ligne ces articles ne  me permette que d’effleurer les sujets à partir de sites visités.

7 juin 095

 

Impossible de traverser les plaines sans immédiatement penser aux bisons et revoir la scène mythique du film Danse avec les loups.

8 juin 346

La culture des amérindiens des Plaines était intimement liée aux bisons. Sa viande constituait la principale source de nourriture, la peau pour faire les tepees…

Alors, pour chasser ces énormes mammifères, la nation des Pieds-noirs (Kainahs, Pikunis, Siksikas) et les Cris des plaines avaient mis au point une technique astucieuse en se servant de la topographie des lieux.

7 juin 106

Vue dos à la falaise

7 juin 103

Vue vers la falaise

Les chasseurs approchaient le troupeau, à pied puis à cheval - le cheval a été introduit en Amérique par les conquistadors -, camouflés sous une peau de coyote, puis les faisaient fuir vers une falaise (saut de bison).

7 juin 097

La falaise fait 10 mètres de haut

7-juin-076.JPG

Là, dans un vacarme effrayant, les bisons survivants étaient abattus puis toute une organisation se mettait en place pour utiliser au maximum les possibilités des bêtes.

Les fouilles archéologiques sur le site de Head-Smashed-In-Buffalo-Jump ont montré que le saut de bison était utilisé depuis 6000 ans  jusqu’au milieu du XIXe siècle.

Au pied d’une des falaises des  monts Porcupine,  les dépôts d'ossements débités et d'outils de pierre s'amoncellent sur une épaisseur de plus de 11 m.

Le site est classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Repost 0
Published by typ.taupe - dans juin 2010
commenter cet article
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 00:10

160 mètres de haut !

L'attrape-touriste par excellence mais de temps en temps, il faut bien. Le contraste entre les plaines et les Rocheuses m'a attiré.

Alors voilà un petit aperçu de Calgary à 360°.

5 juin 098

5 juin 100

5 juin 107

5 juin 109

5 juin 120

5 juin 126

5 juin 133

5 juin 140

Repost 0
Published by typ.taupe - dans juin 2010
commenter cet article
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 00:29

Bienvenue à l’heure de la mondialisation.

Ici, l’histoire, il n’y en a pas ou si peu. La population était absente à mon arrivée. Et oui, le centre ville est un concentré de gratte-ciel moderne qui illustre le dynamisme actuel. La finance, le pétrole et un cow-boy pour vous rappeler que je suis à l’Ouest.

5 juin 082

5 juin 051

5 juin 056

5 juin 057

Arrivé un samedi matin, il n’y a personne. Le centre-ville est un concentré de bureaux donc tout est calme et, à part la 8eme Avenue, un peu plus commerçante, il n’y a rien en ville.

5 juin 074

5 juin 075

Au fur et à mesure de la journée, la population va reprendre place dans la ville et plus particulièrement dans les parcs. Mais rien à voir avec la mixité et la liberté des parcs québécois. Le soir, les restaurants branchés et les bars chics accueillent ceux qui ne sont pas concernés par la crise.

5 juin 060

Calgary, c’est un million d’habitants dans une ville relativement nouvelle.

En 1875, James F. Macleod fait ériger un fort à la confluence de la rivière Elbow et de la rivière Bow. Il le nomme Fort Calgary en souvenir de sa région natale, en Ecosse.

5 juin 169

Le développement de l’agriculture et des activités minières dans la région va entraîner une première vague spéculative entre 1909 et 1913. Il est alors fortement conseillé d’investir dans la pierre. 10 000 logements vont être construits à cette période. Même si la récession marque un coup d’arrêt, Calgary va connaître à nouveau des jours meilleurs grâce au pétrole.

La ville, hôte des Jeux Olympiques d’hiver en 1988, connait aujourd’hui une croissance importante liée aux retombées économiques du pétrole en Alberta (le deuxième champ pétrolifère au monde) et à la finance.

Le niveau de vie apparaît comme plus élevé que dans le reste du Canada. Tout est très nord-américain, à part peut-être l’absence de quartiers ethniques. La population est très métissée mais, en apparence, elle semble se fondre dans un moule.

Ici, c’est l’Amérique. Et le mythe américain à l’ouest, c’est le cow-boy. Fierté de toute une ville, Calgary est l’hôte du plus important Stampede en Amérique. Mi-juillet, chemises à franges et Stetsons sont de rigueur pour les courses de chuck-wagons (les charriots des pionniers) et les rodéos.

5 juin 049

Alors, évidemment, l’environnement va avec cet état d’esprit. Les véhicules sont plus gros, mais on est plus tranquille quand on est piéton qu’au Québec.

5 juin 067

5 juin 081

5 juin 180

5 juin 183

5 juin 221

C’est propre, pas oppressant, facile à appréhender comme ville mais il manque un petit supplément d’âme, un peu de charme. Ici, la finesse, c’est la berline allemande (Porsche cayenne), c’est pour dire.

 

 

Repost 0
Published by typ.taupe - dans juin 2010
commenter cet article