Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 00:33

Le chemin du retour commence par un voyage en bateau.

j

Port Hardy, c’est un petit village isolé au nord de l’île de Vancouver et Prince Rupert, c’est une petite ville perdue à une soixantaine de kilomètres de l’Alaska.

L’intérêt de cette traversée réside dans son tracé. Plutôt que de naviguer plein océan, le bateau trace sa voie le long de la côte de la Colombie-Britannique.

j2

j3

j4

Succession d’îles, d’îlots, de détroits dominés par autant de fjords et de vallées glaciaires. Le tout est bien évidemment peint en vert. Le parcours traverse une partie de la Great Bear Rainforest, un espace naturel de plus de 6 millions d’hectares qui abritent encore des forêts primaires mais dont seulement 40 % du territoire est protégé.

Le seul risque de la traversée, c’est de ne pas profiter des paysages car avec 220 jours de précipitations par an dans le secteur et des nuages qui restent scotchés aux sommets, la vue peut être facilement fermée et triste.

Par contre, avec quelques rayons de soleil, il en est tout autre.

j6

Ce ne fut pas une belle journée d’été mais pas catastrophique non plus et j’ai pu apprécier ces espaces.

j11

j12

j13

j14

Mais on passe plus de temps à scruter l’eau car ici c’est le royaume des grands mammifères marins. On aperçoit parfois un souffle, un dos et si on est chanceux, on voit une baleine s’amuser !

Pendant cette traversée, j’ai surtout vu le Canada tel qu’on l’imagine : de grands espaces quasi-inaccessibles.

Bella-Bella, l’une des principales communautés amérindiennes sur la côte.

j7

j8

Butedale. Le village, fondé en 1918, a prospéré autour de la pêche et de l’industrie minière pour compter jusqu’à 400 habitants. Il est aujourd’hui abandonné.

j10

Menu nord-américain oblige, un burger, mais au saumon sauvage quand même !

j15

j18

j19

j20

 

Partager cet article

Repost 0
Published by typ.taupe - dans juillet 2010
commenter cet article

commentaires

PJ 10/07/2010 16:12


Sensations d'indéfinissable, atmosphère d'irréel dans ces jolies photos qui donnent envie de participer à tes reportages. C'est beau, grandiose, on n'a pas envie que ça s'arrête.....


amsongeuse 10/07/2010 11:31


Il y a comme une sérénité qui gagne l'espace (lieu et temps)... Comme si le voyageur prenait un peu de distance intérieure au regard du long chemin parcouru... et qui reste à parcourir...
Pour le lecteur, ce gris envahissant est heureusement éclairé soudain, par un arc en ciel... Et puis les photos de dos de baleine ou encore ce bois flottant sur lequel les oiseaux se posent et qui
ressemble à un chien qui nage ou fait la planche, nous font saisir la vie qui est là dans l'air, dans l'eau, sur cette terre que l'homme habite, aime (et respecte je le souhaite...)
"Faute de soleil, sache mûrir dans la glace" Henri MICHAUX


typ.taupe 11/07/2010 21:58



Je vais être très terre à terre mais M. Michaux il ne se ballade pas à l'ouest avec 17° C comme température max au mois de juin !!!