Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 03:07

En discutant des baleines et de Tadoussac avec des Québécois, beaucoup me disaient qu’ils préféraient Les Bergeronnes.

Le village des Bergeronnes est situé à une vingtaine de kilomètres de Tadoussac, sur la côte nord. Alors le déjà vu, ça me va une journée mais ce n’est pas l’idée de ce périple.

J’ai bien failli ne jamais voir les Bergeronnes car j’ai mis deux heures avant d’être pris en pouce.

En chemin, je dis au conducteur que je vais aux petites Bergeronnes. « C’est ici ». On était au fond d’une vallée, avec quelques bâtisses, mais pas du tout sur un point propice à l’observation des mammifères marins. Il me dépose donc au village des Bergeronnes et me dit que le Saint Laurent est à environ 3 km.

3 km à pied, une rigolade ! J’ai nettement moins rigolé quand arrivé sur les berges du Saint Laurent j’ai vu ça.

30 mai 010

Mon esprit critique n’a fait qu’un tour : « encore un produit bien vendu » et puis après, j’ai eu l’honnêteté de me dire que toutes les discussions portaient sur un camping.

Je longe le Saint Laurent pendant 1 heures, 2 heures et à part la marée qui monte, rien de trépidant.

30 mai 012

Au loin, j’aperçois un site potentiel pour un camping.

Un peu d’escalade, beaucoup de chance avec le sentier des squatters à proximité

30 mai 020

Le sentier en version classique avec le Cap-Bon-Désir en arrière plan

30 mai 032

Le même en version très buccolique

30 mai 030

– le sentier est surnommé ainsi car les premiers habitants du village (vers 1850) occupaient illégalement les terres de la couronne et empruntaient ce sentier pour accéder aux berges et recevoir des cargaisons, l’estuaire étant la seule voie d’accès - et je marche encore jusqu’à ce camping.

30 mai 041

Imaginez-vous au réveil, avec le soleil qui se lève sur l’estuaire et les baleines sous vos yeux. Je comprends mieux la réputation du site même si je ne le trouve pas vraiment exceptionnel.

Voilà, mais là-bas, il y a ce phare – le cap Bon-Désir - qui n’a pas l’air si loin.

30 mai 066

C’est juste un effet d’optique, demandez à mes pieds !

Enfin, cela valait vraiment le coup car le camping si réputé, il est sur cette côte.

30 mai 072

30 mai 079

30 mai 094

30 mai 086

Alors si un jour vous voulez vous réveiller en regardant les baleines sur un site comme ça, il faut venir camper entre les Escoumins et le Cap-Bon-Désir.

Et pour les mauvaises langues qui vont me dire qu’il n’y a pas de photos de baleines, le temps de comprendre d’où vient le souffle, de zoomer et hop, il n’y a plus de baleines !!!

Enfin, j’ai vu un ours. Bon, d’accord, il était mort, à l’arrière du pick-up du chasseur – à l’arc -  qui m’a pris en pouce au retour.

Partager cet article

Repost 0
Published by typ.taupe - dans mai 2010
commenter cet article

commentaires

Carolle Bertrand 15/09/2010 02:46


Quelque part entre Tadoussac et les Escoumins... les Bergeronnes, le pays des baleines. J'y vais à chaque année, en camping (et je déteste le camping, sauf là) depuis plus de 15 ans. C'est au
camping le Paradis Marin (juste après le Cap Bon Désir) où je plante ma tente pour quelques semaines et canalise, sur papier, des messages/chants/secrets que me filent les baleines.
Voir la collection Spirit Drawings, Édition Paradis Marin 2010 sur http://carollebertrand.canalblog.com


lili 08/06/2010 21:15


tant pis pour les photos des baleines, on aurait pourtant bien aimé... t'avais pas le camescope ? ....


typ.taupe 10/06/2010 19:22



Mon camescope est à Montréal car j'avais trop d'éléctronique dans le sac à dos et entre la pluie et les risques de vol, j'ai enlevé le petit appareil photo et le caméscope. Il reste encore l'ordi
17' et l'autre appareil plus les chargeurs !!!



Frédéric 02/06/2010 21:33


T'as pensé à acheté un podomètre ?
Bon courage.

C'est pour quand "Les aventures d'Eric à Vancouver" ?


Statique mais aux aguets 02/06/2010 11:08


Quelle aventure! Qui se termine bien à part pour les pauvres pieds! Et puis la récompense, c'est de pouvoir raconter aux pauvres humains coincés sur leur siège de bureau qu'il y a un monde vivant
et palpitant à découvrir en quelques heures d'avion ou quelques heures de suées dans les collines québécoises...