Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 00:21

Langue de terre cernée par la mer, le parc prend place sur la péninsule de Forillon. Il est bordé, d’un côté, par la baie de Gaspé, et de l’autre, par le détroit d’honguedo (Saint Laurent).

La topographie du parc, résultat d’une géomorphologie qui s’inscrit dans les derniers soubresauts des Appalaches – 10 formations géologiques distinctes - offre  de multiples possibilités pour aborder ce parc.

11-mai-083.JPG

Les falaises surplombant la mer offrent de superbes panoramas et des points d’observations pour les oiseaux et les mammifères marins. Les escarpements rocheux rappellent aux randonneurs qu’une bonne condition physique est bien utile pour crapahuter dans le coin.

11-mai-293.JPG

Les sentiers sont assez diversifiés, traversant aussi bien des forêts de conifères, des érablières ou donnant accès à des recoins rocailleux qui offrent des habitats propices aux plantes alpines et arctiques.

11-mai-237.JPG

14-mai-044.JPG

11-mai-239.JPG

11-mai-204.JPG

11-mai-267.JPG

Pour les moins motivés, les pentes plus douces qui longent le littoral ou les fonds de vallées permettent d’observer plus facilement la faune et rappellent que l’homme a participé à la création de ces paysages.

11-mai-045.JPG

Le parc national de Forillon est relativement récent (1970) et il ne s’est pas fait sans fracas.

Quelques 226 familles habitaient dans l’enceinte du parc. Sans ménagements, elles furent expropriées pour faire place au parc national.

La thématique du parc est d’ailleurs des terres et des hommes et on peut, en se promenant , observer les traces de ce passé, soit préservé et mis en valeur par l’administration du parc  comme le secteur des parages et ces quelques bâtisses , soit en lisant le paysage et en devinant la transformation des paysages créés par l’homme.

11-mai-070.JPG

11-mai-074.JPG

11-mai-089.JPG

Le parti-pris par l’administration du parc est de laisser la nature reprendre ces droits. Ceci est, à mon avis, discutable. La large vallée qui coupe le parc fut, dans le passé une terre agricole. Aujourd’hui, elle présente différentes strates arbustives dans laquelle une faune diversifiée prend place (c’est le secteur ou j’ai eu le loisir d’observer le plus d’oiseaux). Une fois que la forêt aura recouvert ce secteur, il est quasiment certain que la biodiversité sera moins riche qu’actuellement.  

14-mai-073.JPG

14-mai-011.JPG  

J’ai pris mon temps dans ce parc et je l’ai sillonné pendant 3 jours et demi. Un peu en voiture, pas mal à pied (40 km) et beaucoup à vélo (80 km).

11-mai-094.JPG

J’ai vraiment apprécié la diversité des sentiers, les dénivelés rendent les randonnées plus sportives car, souvent dans les parcs, les sentiers sont vraiment aménagés et rendent les visites un peu monotones (Cf : Parc de la Pointe Taillon)

11-mai-252.JPG

Le cap Gaspé : haut de 95 mètres, ce cap tire son nom de « Gespeg » en langue Micmac, signifiant « là ou la terre finit ».

11-mai-138.JPG 

Le phare de Cap Gaspé

14-mai-116.JPG

Le Mont Saint Alban en arrière-plan

Partager cet article

Repost 0
Published by typ.taupe - dans mai 2010
commenter cet article

commentaires